Archive | II) Les problèmes causés par ce phénomène Flux RSS de cette section

À propos de botellontpe

Blog consacré au botellón dans le cadre des TPE. --> Dans quelle mesure le phénomène culturel du botellón devient-il un problème pour la société espagnole ?

PROBLEME PRECURSEUR : L’EDUCATION.

4 février 2014

0 Commentaire

Beaucoup de parents espagnols sont conscients qu’ils ne consacrent pas assez de temps dans la vie quotidienne à leurs enfants. En effet, les horaires sont décalées par rapport à la France, la nuit un seul parent est à la maison.De plus ils n’imposent pas forcément d’horaires. Ils essayent de remplacer par d’autres types d’attentions comme l’argent, être plus flexible au niveau des règles.

D’autres parents quand à eux rejettent la responsabilité de l’éducation aux institutions tel la police, les écoles qui doivent résoudre le problème . Il existe également une importante crise dans les modèles éducatifs, beaucoup de parents ne savent pas comment éduquer leurs enfants. Le caractère autoritaire des parents est inutile pour eux.

Cependant, l’Etat espagnol a un style éducatif démocratique bien à lui. Tout se décide entre les parents et les enfants. L’opinion des enfants à la même importance que celle des parents. La pression sociale et les modes de vie influencent les parents. Ils craignent les règles qu’ils devraient imposer à leurs enfants ou bien qu’ils soient considérés comme des parents trop strictes.  Ceci affecte donc la société espagnole. Les parents se sentent désorientés et ne savent pas comment agir par rapport à ces problèmes.

Egalement, il arrive très fréquemment que les parents soit eux mêmes buveurs, ils ne peuvent donc pas dire à leurs enfants de moins boire puisqu’il ne donne pas eux mêmes l’exemple. De plus, les parents ont une attitude tolérante par rapport à la consommation d’alcool. Beaucoup de parents pensent que boire n’est pas un problème majeur . Certains pensent quand à eux, que les problèmes qui ont été fait, ont été provoqué par d’autres personnes que leurs enfants. Ils veulent également voir leurs enfants plus libres et ne voient pas en quoi il y a de mal à se divertir. Grâce à l’argent donné par leurs parents, ils s’achètent des boissons. Un adolescent reçoit en moyenne 10€ quand il a 14 ans, et le double à 18 ans. Les parents participent au culte du botellón malgré tout.

PROBLEMES DE SANTE PUBLIQUE.

4 février 2014

0 Commentaire

botellon

Certaines personnes atteignent un état d’ivresse.

La consommation d’alcool excessive entraîne un très grand nombre de conséquences. L’ivresse arrive très rapidement. Le Ministère de la Santé espagnol a révélé que le nombre d’espagnols étant ivres à doublés pour les garçons entre 2002 et 2004, pour les filles, il est passé de 10% à 24%.  Cette consommation en grandes quantités entraîne des comas éthyliques, ce qui est donc très dangereux . Cela peut entraîner dans les cas les plus graves, la mort de la personne. On contacte donc des hôpitaux alors qu’ils ont des problèmes beaucoup plus graves à régler.

Egalement, le botellón entraîne très régulièrement des risques d’accidents de la route. De plus, les accidents de la route, depuis quelques années sont la première cause de mortalité parmi les jeunes de 14 à 30 ans en Espagne. Beaucoup de jeunes concilient botellónes et conduite.

De l’alcool aux joints, cela amène à des drogues plus fortes telle que la cocaïne. Par la suite, il est donc très difficile de s’en priver. C’est un véritable moyen pour les dealers de faire leur commerce, puisque cela se déroule le soir, sans la présence des parents. De plus après la consommation d’alcool les jeunes sont plus vulnérables et se laissent plus tenter par la drogue. Ils veulent soit l’essayer, soit vouloir faire comme les membres de leur groupe. Ils sont très influencés. Très vite, les gens deviennent donc addictes aux drogues mais aussi au botellón. La santé de la personne est donc en jeu.

PROBLEMES SOCIAUX.

4 février 2014

0 Commentaire

L’occupation de l’espace public était déjà un problème avant le botellón, puisque c’était une pratique habituelle avant les années 80. Les espagnols consommaient dans la rue ou sur les terrasses à l’air libre, des boissons achetées dans les bars.

Mais le botellón a aggravé ceci à cause de sa spécificité. Il se produit dans les espaces non réglementés par les pouvoirs publics et donc il ne peut pas y avoir des sanctions. Donc les jeunes ne sont pas du tout contraint de modérer leur consommation et peuvent se comporter de n’importe qu’elle façon. Par exemple, ils peuvent jouer de la batterie, allumer des feux, uriner n’importe où, détruire le mobilier urbain.

Ces lieux sont choisis en raison de leur caractère central, de leur accessiblité par les transports en commun ( très pratique après une consommation d’alcool excessive au lieu de la voiture , et la présence de petits commerces vendant des boissons ).

La dégradation et cette occupation est donc un problème important, vu le nombre de personnes importantes qui sont présentes dans ces rassemblements. Il arrive très souvent que cela dégénère.La rue fait l’objet d’une occupation anarchique et insouciante. Les participant urinent dans la rue, et laissent leurs ordures : bouteilles vides, mégots, paquets de cigarettes, mouchoirs. Au lendemain de chaque botellón, les rues sont un véritable champs de bataille et des images identiques se reproduisent partout dans de nombreuses villes.

Le bruit est aussi un problème, ce qui conduit à des nuisances sonores. Les jeunes sont communicatifs et très bruyants, de plus il y a une présence de scooters et de voitures importantes. Malheureusement aucune législation existe pour cela. Malgré tout les autorités essayent de s’adapter et utilisent la législation sur le bruit pour combattre ce phénomène.

Les actes de vandalisme et de malveillances tel la destruction du mobilier, tags, détérioration des halls d’immeubles provoquent des vives tensions et une forte incompréhension entre les jeunes, les résidents et les pouvoirs publics. Le manque de sécurité est donc très important malgré la présence de la police et de véhicules effectuant des rondes. Il arrive très fréquemment que des jeunes se battent à cause de l’alcool.

probleme

L’espace public est fortement dégradé, pollué après un botellón.

EFFETS SUR L’ECONOMIE.

4 février 2014

0 Commentaire

Le botellón est parfaitement organisé à plusieurs échelons.

Tout d’abord, ce sont les grandes marques internationales et nationales de boissons alcoolisées qui par le biais d’un marketing agressif poussent à la consommation d’alcool des populations de plus en plus jeunes ( en créant des sodas au goût doux, peu alcoolisés ), et parviennent à contourner les interdictions en matière de publicité ( consommation de bière moins soumise aux contraintes).

Ensuite, les grandes surfaces, récoltent une part d’argent de la nuit au détriment des bars et autres locaux nocturnes. De plus, ils sont encore plus ravies, vu la loi concernant l’interdiction d’acheter de l’alcool pendant les horaires nocturnes. Les jeunes sont donc encouragés à aller acheter de l’alcool dans les grandes surfaces. Elles sont capables de proposer des promotions sur l’alcool vendu à des prix concurrentiels et sont moins regardantes sur l’âge des clients que les locaux nocturnes car eux, sont très surveillés.

Il y a également, les petits commerçants de quartier, qui sont généralement situés près des botellón.. Ils profitent donc du phénomène. Il peut s’agir aussi de petites boutiques consacrées uniquement à la vente d’alcool, qui sont ouvertes pendant les horaires nocturnes avec des prix très avantageux. Ce genre de commerces a une influence sur les botellónes. Ils ne respectent cependant, l’interdiction de vendre de l’alcool aux mineurs, ni des horaires.

Pour finir, il existe aussi les vendeurs à la sauvette qui accompagne le phénomène et en tire parti, au point qu’ils sont capables parfois de le créer eux mêmes.

Les botellónes sont tout de même sources de dépenses scandaleuses pour un grand nombre d’espagnols . Mais aussi, sources de bénéfices considérables. En 2011, 325 000 € au moins par semaine ont été recensés par l’ensemble de l’Estrémadure , dont la plus grande partie sont directement financées par les parents des jeunes et engrangés par les fabricants d’alcool.  A l’échelle d’un quartier ou d’une ville qui est important ,le coût du nettoyage s’ajoute au manque à gagner en termes de valeur foncière des logements situés dans la zone où ont lieu ces botellónes ; la valeur du mètre carré a parfois ainsi chuté au cours des cinq dernières années. Egalement, la présence d’une foule d’adolescents et d’étudiants à côté de commerces fait fuir les clients.

REVOLTE DES HABITANTS.

4 février 2014

0 Commentaire

Ces caractéristiques ont un impact décisif sur la perception qu’en ont les différents acteurs sociaux ( autorités, associations de riverains ou parents, services consacrés à la protection de la jeunesse ). La mobilisation des riverains est importante . Des associations  luttent contre ce phénomène, et ce sont elles qui ont poussé les autorités à réagir. Il s’agit d’associations regroupant les habitants d’un quartier ( asociación de vecinos de la parte vieja de saint-sébastien..) ou d’une ville ( albacete contra el ruido ) .Elles sont très actives et multiplient les démarches ( création de sites internet, forums, tables rondes ). Elles sont parfois directement à l’origine des mesures prises par les municipalités .

DOCU_CADIZ

Certains espagnols luttent en créant des associations contre le botellón.

Dieudohelp |
ecolesacrecoeur48 |
Lhistoire de l'affaire... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DES CRIS DANS LE DESERT DES...
| chleuheasy
| Entraide Maroc 2014